L'industrie 4.0 : la définition d'André-Jacques Auberton Hervé

L'industrie 4.0 : la définition d'André-Jacques Auberton Hervé


L'industrie 4.0 : la définition d'André-Jacques Auberton Hervé

On en a entendu vaguement parler, en 2011, au Forum mondial de l'industrie. Le concept renvoyait encore à une réalité un peu floue et amalgamée à la notion de 4ème révolution industrielle. En France, on commence à se familiariser à l'industrie 4.0 depuis qu'André-Jacques Auberton-Hervé en a fait le sujet de son essai paru en 2016. Quelle est donc sa définition ?

L'industrie 4.0 : kesako ?

En 2016 paraît aux éditions Débats Publics un essai dont le titre interpelle les lecteurs. « De l'audace » est signé par André-Jacques Auberton-Hervé, déjà connu pour être le cofondateur de Soitec, référence incontournable en France dans l'application des nanotechnologies.

Le sous-titre de l'ouvrage inclut le terme « industrie 4.0 » dont le citoyen lambda n'a pas ou peu entendu parler. Le fondateur de 4A Consulting & Engineering y voit avant tout une industrie de rupture. Le trait principal de celle-ci est que « le passeur d'ordre, ce n'est pas la commande publique, c'est le consommateur ou le consomm'acteur. »

Les industries font alors face à des besoins très pointus de la part des clients qui veulent des produits personnalisés. Pour y répondre, elles font appel à des « technologies très structurantes, des innovations de rupture ».

L'exemple français de l'entrée dans l'ère du 4.0

Si l'Europe et partant la France en sont encore à leurs balbutiements dans cette nouvelle révolution industrielle, l'Hexagone possède déjà de beaux exemples de réussite. Le parcours de Soitec, « champion » de la microélectronique à l'échelle mondiale, est parlant.

Le QG de cette entreprise à Grenoble est déjà qualifié par certains de « Silicon Valley française ». Les employés y opèrent à des échelles atomiques et y manient des procédés relevant de la nanotechnologie. Ils y fabriquent surtout des produits à forte demande à l'échelle mondiale.

Cette entreprise cofondée par Jean-Michel Lamure constitue surtout l'exemple de réussite française dans l'aventure 4.0 de par son business model. Avec des implantations réparties entre différents pays, les dirigeants souhaitent en faire le standard de l'industrie.

La transformation digitale au cœur de l'industrie 4.0

L'industrie 4.0 intègre des usines répondant à des contraintes nouvelles liées aux nouvelles technologies. Entre les nouvelles exigences des clients et l'émergence de nouveaux concurrents, il faut réussir la transformation digitale de son enseigne haut la main.

Pour de nombreuses entreprises, cette procédure constitue un défi en soi. Il ne s'agit pas seulement de s'équiper en outils mais de repenser entièrement la stratégie en tenant compte des apports des nouveaux objets techniques.

C'est dans cette optique qu'interviennent les cabinets de conseil comme 4A Consulting & Engineering dont vous pouvez consulter le site http://www.4a-ce.com/presentation-andre-jacques-auberton-herve/. Initiée en 2015, cette enseigne déploie des accompagnements selon les besoins des structures coachées.

Ce cabinet décline ses compétences dans deux domaines clés. De la structuration du projet à celle du volet financier, en passant par l'analyse du marché, il intervient auprès des investisseurs intéressés par les énergies renouvelables. C'est également un partenaire de choix dans la mise en place du management de l'innovation qui est au cœur de la culture entrepreunariale dans la révolution 4.0.